lundi 27 décembre 2010

Nouveautes marquantes dans Kde 4.6


L'environnement de bureau KDE dont la prochaine release 4.6 est prévue le 26 janvier 2011 continue son optimisation pour offrir un environnement encore plus stable, performant, fluide avec comme toujours son lot de nouveautés.

Dolphin
La fonction recherche dans Dolphin, qui était très mal organisée, est complètement revue pour le plus grand confort des utilisateurs.
Jusqu'à la version 4.5, la fenêtre de recherche présentée de base nécessitait d'avoir activé "Nepomuk" qui n'était pas forcement bien configuré ou fonctionnel selon les distributions.
Caché derrière un menu (ou "CTRL-F") se trouvait toujours l'outil de recherche dit "classique" permettant de rechercher des fichiers ou des contenus avec des résultats présentés au fur et à mesure du balayage du disque.
Désormais, Dolphin n'embarque qu'une seule fenêtre de recherche qui permettra d'offrir soit la grande richesse et la rapidité de la recherche sémantique Nepomuk si ce dernier est activé, soit les résultats classiques mais plus lents de la recherche "standard".
A ceci s'ajoute également le "faceted browsing". C'est le nouveau panel "filtre" permettant de spécifier des critères de recherche selon différents critères pré-établis (documents, audio, vidéos, dates, notes ou étiquettes)

















Enfin à noter aussi :
- Les colonnes sont désormais automatiquement calées selon la longueur du nom des fichiers pour une meilleure présentation.
- La présence d'un plug-in pour le logiciel de gestion de versions décentralisé Git. 
- Amélioration du défilement "Smooth scrolling"

Plasma
- Réintroduction repensée du système agencements pour ceux qui souhaitent organiser leur bureau selon le type d'activité en cours.









- Des optimisations importantes dans Kwin pour des fenêtres encore plus fluides. Associé au patch des 200 lignes, la composition doit pouvoir fonctionner même sur des petites configurations.
- Une nouvelle interface de scripting permettant l'utilisation de Javascript

Autres améliorations
- Un outil de backup pour Nepomuk

- L'outil de capture d'écran "ksnapshot" est couplé avec les kipi-plugins et permet ainsi l'export vers de nombreuses plateformes de diffusion.
- Intégration du gestionnaire d'informations personnelles Akonadi dans Kontacts.
- L’introduction des "device targets" qui permettent de personnaliser l’installation des frameworks, notamment vers les périphériques mobiles, en réduisant les dépendances entre les bibliothèques.
- Le framework Solid, utilisé pour les interactions avec le matériel, supporte désormais upower, udev et udisks, pour que les applications et espaces de travail se passent complètement de la HAL (Hardware Abstraction Layer), qui disparaît de toutes les distributions Linux.
Et beaucoup d'autres améliorations indiquées ici : http://techbase.kde.org/Schedules/KDE4/4.6_Feature_Plan 


mercredi 8 décembre 2010

Pourquoi je ne recommande pas PCLinuxOS


Suite à ma précédente (mauvaise) experience avec PCLinuxOS version KDE dont j'avais rédigé cet article en mars dernier, j'ai voulu voir si cette distribution avait évolué depuis.

PCLinuxOS est une distribution issue de Mandriva et de type "Rolling Release", c'est à dire qu'elle offre en continu les dernières mises à jour des logiciels sans avoir a attendre la prochaine version majeure tout les 6 mois ou 1 an. Le coté moins attirant est qu'il arrive souvent que l'on récolte aussi "les derniers bugs" non encore identifiés.

Concernant PCLinuxOS, je parlerai simplement de leur vision des choses et de la manière dont a été traité une demande d'activation d'une fonctionnalité de KDE.

J'ai donc installé récemment la dernière ISO sur une partition dédiée aux tests. Par rapport à mon dernier article, tout ce que j'aime est toujours d'actualité. Dans la liste de ce que je n'aimais pas, seules deux choses ont changé :
  • C'est désormais Kwin (made for Kde) qui gère la composition à la place de compiz (made for Gnome)
  •  La géolocalisation dans le gestionnaire de photo Digikam est devenue fonctionnelle
Dans l'ensemble, avec KDE 4.5.4, c'est plutôt sympa sauf que... Grand utilisateur de Nepomuk que je suis pour des recherches dans mes dossiers de travail et dans mes photos perso, j'ai voulu activer ce dernier sur cette distribution, c'est la que les ennuis ont commencé

  • Dans la configuration système, après avoir coché l'activation, un message me dit que le service n'est pas démarré
  • Je cherche si il y a effectivement un service mais non, j'ouvre donc un sujet sur le forum Americain
  • Deux jours plus tard sans réponse, je réitère ma demande d'information
  • la seule réponse que j'obtiens est d'installer un autre logiciel qui pourrait faire marcher Nepomuk o_O
  • A ce moment, je reconnais que je m'offusque de ne pouvoir choisir d'activer simplement une fonctionnalité faisant partie de KDE
  • Texstar le mainteneur de PCLinuxOS me répond sèchement que Nepomuk n'est pas activé parce que c'est un mangeur de CPU et de RAM. Suite à quoi s'enchaîne une serie d'échanges "trollesques" entre les modos/admin et moi dont le meilleur a été "Kde n'est qu'un jouet pour les développeurs Kde". Certains me font presque penser à des caricatures du bouseux Texan parlant au aborigènes incultes du "reste du monde non civilisé"
  • Pour finir, personne n'a su indiquer s'il existait un moyen ou s'il était envisagé d'apporter une correction pour qu'un utilisateur puisse avoir le choix d'activer cette fonctionnalité et cela s'est terminé par l'effacement pur et simple du sujet sur leur forum dont j'ai gardé une copie ici...
Pour conclure, si vous êtes des aficionados de KDE comme je le suis, il faut savoir que PCLinuxOS est une distribution qui compile les paquets (je parle seulement de KDE) à sa sauce en oubliant certaines fonctionnalités jugées inutiles pour eux. En mars, la géolocalisation dans Digikam était inutile et le sujet a été effacé du forum, maintenant, c'est la recherche Nepomuk.

voila, tout ceci ne reste bien sur qu'un avis strictement personnel


samedi 13 novembre 2010

Optimisations Firefox


Accélérer le temps de chargement des pages sans Ramdisk

Firefox permet désormais d'utiliser son cache en mémoire sans l'aide d'un disque virtuel.
Les avantages sont un gain de vitesse, une optimisation des batteries des netbooks, prévention du vieillissement des disques (standards ou SSD), etc.

La gestion suivante dans about:config m'a permis de gagner quelques points (Benchmark à l'appui). La navigation est sensiblement meilleure.

Avant :

Après :

Pour activer le cache Firefox en Ram, Il suffit de suivre ces instructions :
  • Taper "about:config" dans la barre d'adresse
  • Taper "browser.cache" dans le champ filtre
  • Cliquer sur "browser.cache.disk.enable" pour passer la valeur à "false"
  • Cliquer sur "browser.cache.memory.enable" pour passer la valeur à "true"
  • Faire un clic droit ==> Nouvelle ==> Valeur numérique
  • Taper "browser.cache.memory.capacity" comme nom de l'option
  • Inscrire "-1" pour laisser Firefox determiner dynamiquement la taille du cache en fonction de votre capacité RAM. Sinon inscrire la valeur souhaitée en Kilo-Octets (100000 = 100 Mo)
  • Redémarrer Firefox 

Essayez et revenez donner votre ressenti ;)


mercredi 10 novembre 2010

Kamoso : Une application de capture de Webcam pour Kde


Les utilisateurs Mac ont Isight, ceux de Gnome ont Cheese. Pour Kde, il y a Kamoso

video

Kamoso est une application qui permet de prendre des photos et des vidéos en utilisant votre webcam.
Sympa : une option "Flash" permet de rendre votre écran entièrement blanc (et donc vous éclairer mieux) pendant la prise de vue.
L'application permettra également de télécharger ces photos, vidéos vers Youtube et Facebook.


J'ai demandé des infos sur le projet au développeur espagnol Aleix Pol concernant son application car la dernière version date d'octobre 2009.



mardi 2 novembre 2010

Digikam: Gérez vos photos comme un professionnel avec la puissance de l'open source


Présentation
Digikam qui vient de remporter le titre de "Meilleur logiciel de gestion photos" aux Reader's Choice Awards 2010 est certainement le meilleur et plus puissant outil open source pour  gérer et organiser sa collection de photos sous Linux, Windows ou Mac. Le développeur principal s'appelle Gilles Caulier et il est français...
Digikam supporte tous les formats d'image importants, même les fichiers RAW de la majorité des grands constructeurs de Reflex (Canon, Nikon, etc). 
Digikam permet le classement, l'organisation et le marquage de vos photos pour les retrouver facilement en utilisant des tags (mots clés ou étiquettes), des légendes, des dates, des catégories, la géolocalisation (GPS). Les informations sont stockées au choix dans la base de donnée Digikam ou de préférence dans les métadonnées (IPTC)
Il est possible de gérer plusieurs collection de photos, une collection pouvant se trouver sur le disque dur, un media amovible ou un partage réseau.

Fonctionnalités marquantes :

Classement des photos : le classement des images se fait soit classiquement par dossier ou plus finement par métadonnées ou encore par des filtres personnalisés.

Gestion des tags, des commentaires : création - modification - suppression des métadonnées exif, markernote, Iptc, xmp

Retouches : les retouches de base (redimensionnement, recadrage, yeux rouges, luminosité, contraste, etc.) associées à des fonctions plus avancées comme un correcteur des aberrations dues à l’objectif.

Geolocalisation : DigiKam permet, pour les images dont les champs GPS EXIF sont renseignés, l'affichage de la localisation dans Google Maps, MapQuest, MSN Map et Multimap. Il est possible également de les géolocaliser manuellement si les données GPS sont absentes via OpenStreetMap, GoogleMap ou Marble



Nombreuses possibilités d'export :  Ipod   Flickr   23   Zooomr   Piwigo   SmugMug   Shwup   Flash    KML (Google Earth pour les photos géotaguées)   PicasaWeb   HTML   Gallery   Facebook


Compatibilité : Digikam est compatible avec les images dont la couleur est codée sur 16 bits


Fonctionnalités à venir :
  • Versioning des images
  • Détection de visage
Plus d'infos ici : http://www.digikam.org/drupal/news


dimanche 31 octobre 2010

Gestion des themes Plymouth sans redemarrage

Voici un petit tutoriel testé dans Ubuntu 10.10 qui vous permettra d'installer et tester les différents thèmes Plymouth sans redémarrer l'ordinateur.

En l'absence d'une application graphique (avis aux amateurs développeurs), la configuration se fait au travers du terminal.

1) Lister des thèmes disponibles dans vos dépôts :

sylvain@linux ~ $ sudo apt-cache search plymouth-theme
lubuntu-plymouth-theme - plymouth theme for Lubuntu
mythbuntu-default-settings - default settings for Mythbuntu
plymouth-theme-sabily - plymouth theme for Sabily
plymouth-theme-ubuntustudio - Ubuntu Studio Plymouth theme
xubuntu-plymouth-theme - Plymouth theme for Xubuntu
plymouth-theme-kubuntu-logo - graphical boot animation and logger - kubuntu-logo theme
plymouth-theme-mint-kde - graphical boot animation and logger - Linux Mint KDE theme
plymouth-theme-fade-in - graphical boot animation and logger - fade-in theme
plymouth-theme-glow - graphical boot animation and logger - glow theme
plymouth-theme-script - graphical boot animation and logger - script theme
plymouth-theme-solar - graphical boot animation and logger - solar theme
plymouth-theme-spinfinity - graphical boot animation and logger - spinfinity theme
plymouth-theme-text - graphical boot animation and logger - text theme
plymouth-theme-ubuntu-logo - graphical boot animation and logger - ubuntu-logo theme
plymouth-theme-ubuntu-text - graphical boot animation and logger - ubuntu-logo theme
sylvain@linux ~ $


2) Installer le ou les thèmes souhaité (exemple thème solar)

sudo apt-get install plymouth-theme-solar

Pour installer tout les thèmes :

sudo apt-get install plymouth-theme-*

3) Lancer cette commande pour choisir votre nouveau thème

sudo update-alternatives --config default.plymouth

Il existe 3 choix pour l'alternative default.plymouth (qui fournit /lib/plymouth/themes/default.plymouth).

  Sélection   Chemin                                                   Priorité  État
------------------------------------------------------------
  0    /lib/plymouth/themes/kubuntu-logo/kubuntu-logo.plymouth   150       mode automatique
  1    /lib/plymouth/themes/kubuntu-logo/kubuntu-logo.plymouth   150       mode manuel
  2    /lib/plymouth/themes/mint-kde/mint-kde.plymouth                 150       mode manuel
* 3    /lib/plymouth/themes/solar/solar.plymouth                             10        mode manuel

Appuyez sur pour conserver la valeur par défaut[*] ou choisissez le numéro sélectionné :3


4) Tester le thème sans redémarrer

sudo plymouthd
sudo plymouth --show-splash


Arrêt du test :

sudo plymouth quit

Vous pouvez tester les autres thèmes de la même manière

5) Enregistrer le nouveau thème dans la configuration de démarrage

Une fois le thème sélectionné, il faut le valider avec cette dernière commande :

sudo update-initramfs -u

 PS : Il existe une application Splash Screen Manager qui effectue une partie de cette gestion, il ne lui manque que le test visuel des thèmes malheureusement...

http://gnome-look.org/content/show.php/Splash+Screen+Manager?content=134231

vendredi 22 octobre 2010

Présentation de Pardus 2011


Je suis en train de tester la version Beta signalée sur distrowatch et j'avoue qu'elle est assez séduisante et semble mériter une attention particulière. 

Premières impressions

- Choix d'architecture 32 ou 64 bits
- L'installateur écrit en QT4 est très beau et policé. Le processus d'installation est excellent aussi bien pour des débutants que pour des geeks. En outre le support des architectures LVM ou RAID est proposé.
- La customisation de paramétrage demandée à la 1ere connexion devrait être une généralitépour toutes les distributions.
- Le Kernel en version 2.6.36 RC7
- VirtualBox GuestAdditions installés de base
- Dernière version stable de Kde 4.5.2.
- Ils ne sont pas avares en terme de navigateurs puisque Chromium, Firefox 4.0b8, Rekonq et Konqueror sont installés de base.
- Démarrage avec Plymouth.
- Les codecs multimédias, le plugin FlashPlayer ainsi que Java sont installés de base.
- La suite LibreOffice

- Une gestion du réseau plutôt conviviale avec prise en charge des connexion 3G
- Gestionnaire de mise à jour très personnalisable
- Pare-Feu convivial
- Gestionnaire de services également convivial


Secondes Impressions

- Sur mon PC Fixe, c'est stable
- Pour l'instant on ne peut pas activer les pilotes Nvidia sinon écran noir
- Le dépôt "Contrib" n'est pas encore disponible, la liste des applications installables est donc restreinte.
- Il manque quand même une petite touche de personnalisation marquant la distribution comme on peut en avoir sur les Kde de Linux Mint ou Sabayon.
- Le forum turque semble très actif (mais en langue Turc) , le forum francophone n'est pas très actif. reste ce forum anglais sur lequel il faut s'inscrire par mail.


Installation Review





mercredi 25 août 2010

Mon experience OpenSuse 11.3 Kde 64 bits


Installation et utilisation sur plusieurs jours de la version 11.3 Kde 64 sur mon PC Fixe : 2x AMD Athlon(tm) 64 X2 Dual Core Processor 4400+ / 2Gb CORSAIR DDR2 PC2-6400 - 800 MHz - CAS 4 / DD 320Gb Sata II / Nvidia 9600GT.

J'ai bien aimé :
  • L'installation standard depuis le DVD est simple et conviviale tout en laissant la possibilité d'utiliser le mode avancé en décochant "Configuration automatique". Chaque étapes (partitionnement, logiciels, paquets, etc) permet de customiser l'installation selon ses propres besoins. Un gros bémol tout de même sur les trop nombreux choix de Grub sans aide associée.
  • Tout mon matériel est très bien reconnu, mon imprimante/scanner AllInOne HP Photosmart est détectée et installée automatiquement.
  • L'intégration magnifique de Kde 
  • Le bureau Kde s'ouvre assez rapidement si je compare à d'autre distributions.
  • Le bureau est configuré de base en mode Kde4 (vue activité plus mode 1 clic)
  • Le fonctionnement pratiquement parfait de Kde 4.5 alors que la version intégrée sur Kubuntu backport est bourrée de bugs.
  • Noyau en 2.6.34
  • Zypper : vraiment puissant et fonctionnel

J'ai moins aimé :

  • La méthode d'organisation des dépôts assez déroutante pour un non habitué
  • L'absence de suggestion pour installer les logiciels non-libre tels que Flashplayer, NVidia, Codecs, etc
  • L'esthétique globale OpenSuse - Pas très sexy
  • Absence de plymouth au démarrage
  • L'impossibilité d'installer un logiciel très utile pour moi : checkgmail alors que je l'installe sans problèmes sur LinuxMint ou Mandriva
  • L'impossibilité d'installer anacron également
  •  La grosse instabilité du gestionnaire d'écran qui plante à la sortie d'un jeu plein écran. J'ai testé OpenArena et Nexuiz, le démarrage du jeu est laborieux, ensuite aucun problème durant la partie mais à la sortie : on se retrouve la plupart du temps planté sur un écran noir.
  • Mon imprimante HP PhotoSmart C5280 qui avait été parfaitement reconnue : Fonctionnement parfait si j'imprime la page de test ou un document d'une page. Par contre lors d'une impression multi-pages, la 2eme page est complètement pourrie avec un fort gaspillage d'encre sur des lignes incompréhensibles.
  • Malheureusement peu de forums en français.
Conclusions : 
OpenSuse fait partie du top 5 des distribution Linux grand public. Le bureau Kde y est parfaitement bien intégré (De nombreux développeurs de Kde travaillent sous OpenSuse).
Seulement voilà, si cette distribution répond très bien à mon besoin d'avoir un bureau KDE fonctionnel, stable et réactif, en revanche du coté des outils annexes, il y a des problèmes qui ne me permettent pas de continuer avec cette distribution. De mon point de vue, OpenSuse avec mes critères est bien en dessous d'une Mandriva ou d'une Linux Mint 9 Kde.


jeudi 29 juillet 2010

10 Bonnes raisons de passer à KDE


A la base, Kde avait un lourd passif pour moi... Tout d'abord, il me rappelait cette interface moche sur des serveurs professionnel qui embarquaient la version 1 ou 2 de Kde, ensuite j'avais testé Linux et Kde avec Mandrake à ses débuts que je n'avais pas gardé longtemps... puis étant d'un naturel curieux, j'ai régulièrement fait des essais lorsque la version 4 est sortie. Résultat, c'était une catastrophe... Jusqu'à la version 4.2 qui a commencé à devenir stable et qui a fini par me convertir.

A la maison, je suis passé sous Linux en 2007 avec Fedora puis Ubuntu (sous Gnome et Xfce) tout en continuant d'être curieux pour Kde qui selon les dire de ses fans était un environnement de bureau "presque" parfait et en constante évolution. J'avais l'impression de passer à coté de quelque chose, de ne pas voir "la lumière".

Pour avoir bien utilisé Xfce et Gnome, je vais essayer de vous faire découvrir les bonnes raisons qui m'ont fait passer à Kde :

1) A l'époque de écrans 16/9, Gnome avec ses barres en haut et en bas par défaut me faisait perdre de l'espace pour la visibilité des applications. Linux Mint a bien compris ceci. Bien sur il est possible de ne configurer qu'un seul panel mais ce n'est pas natif.
2) Je me lasse vite des interfaces classiques et simplistes et suis plus attiré par un look résolument moderne et un bureau capable de me délivrer des informations ou me montrer l'album photo des dernières vacances. Les desklets / screenlets sous Gnome sont peu fonctionnels, avec peu de choix et sont des projets qui n'évoluent plus depuis longtemps.
3) Kde n'est pas "plus lourd" que Gnome en terme de consommation de resources. Depuis la version 4.3, c'est fluide, c'est réactif et stable. Avec l'affichage composite actif, Firefox ouvert depuis 2 heures avec 6 onglets, un rippage de DVD en cours avec Handbrake plus de nombreux plamoides actifs, mon système ne consomme que 570Mo de RAM...
http://www.imagup.com/pics/1280483503.html
4) Kde est très personnalisable. De nombreuses options de configuration offrent la possibilité de télécharger des nouveaux thèmes, des icônes, des plasmoides, des services, des fonds d'écran, etc avec un système de tri et de notation par date, popularité ou nombre de téléchargements.
5) La recherche sémantique dans Kde : Si je tapes "tata paulette" dans la fenêtre de recherche de Dolphin ou par un simple "Alt-F2", je retrouve tous les documents, toutes les photos, toutes les musiques, tous les emails, les favoris (ou programmes) contenant le nom ou le tag "tata paulette"
6) Plasma et la composition / effets 3D avec Kwin sont très efficaces et très bien intégrés (mieux que Compiz à mon goût)
7) Le menu Kickoff, j'abuse de la zone "Chercher" pour trouver rapidement un programme qui ne se trouve pas dans mes favoris. J'apprécie aussi l'onglet "utilisés récemment"
8) Les applications non Kde comme Firefox ou OpenOffice sont aussi très bien intégrées au bureau et aux thèmes et semblent être partie intégrante de Kde.
9) Avec Kde, quand je veux une barre de tâche transparente, j'applique un thème parmi la mulititude téléchargeable depuis le gestionnaire de thèmes, sous Gnome ce n'est pas aussi simple...
10) Enfin, Kde ce sont des applications de grande qualités extrêmement bien intégrées car spécialement écrites pour cet environnement. Je suis grand fan de photos et pour moi Digikam est une référence pour la gestion de mes photos. (qu'on ne me parle pas de Digikam sous Gnome...). Le dernier plugins d'export vers Piwigo est un bonheur pour moi.

Bref, Kde c'est une question de goûts et d'aboutissement dans la maitrise d'un système. Comme je l'indique souvent, j'ai du faire plusieurs essais avec Kde avant de définitivement devenir un grand fan car comme pour une personne qui vient du monde Windows vers Linux, il faut un peu d'adaptations mais une fois le pas franchi, pas question de revenir en arrière.

Au fait : Ma distribution est Mandriva


Les petits plus de Kde...

- Si vous insérez un CD de musique et demandez qu'il soit ouvert dans le gestionnaire de fichier Dolphin, après plusieurs secondes, vous obtiendrez une liste de répertoires avec toutes les pistes audio encodée selon les divers formats possibles : c'est un rip automatique...




Partage d'image ou de texte


mercredi 7 juillet 2010

Installation Linux Ubuntu Netbook Edition sur un Dell Inspiron Mini 10






Je viens de commander ce Netbook qui sera en fait un cadeau d'anniversaire pour ma fille

Caractéristiques : Processeur Atom N450 / 1 Giga RAM DDR2 / Disque dur Samsung  160.Go hyper silencieux / Ecran 10.1.pouces 1024x600 max / Webcam 1.3 Mpixels / Batterie 6 Cellules / Graphic Intel GMA 3150 / WiFi 802.11b/g / Ethernet 10/100 (pas de bluetooth)

Comme annoncé sur le site de vente par correspondance, c'est Windows XP SP3 qui est installé de base. L'antivirus Norton est expiré et l'interface XP sur un écran 10" n'est pas des plus ergonomique.

Je décide donc de partir à la recherche d'une distribution Linux pour Netbook. Dans les nombreux projets, il ressort la dernière "Ubuntu Netbook Edition" 10.04 plus communément appelée "UNE".

Je récupère donc l'image ISO ici pour ensuite la charger sur une clé USB bootable à l'aide de l'utilitaire "unetbootin" qui fonctionne sous Windows ou Linux. En passant, il est obligatoire que la clé USB soit formatée en FAT32.

L'appui sur la touche F12 au démarrage permet de selectionner le boot sur la clé USB. La session live se lance sans problème, seul bémol le Wifi du Dell ne  fonctionne pas car il nécessite un driver propriétaire qui n'est pas installé avec la session live. Pas de panique, il faudra par la suite connecter le Netbook avec un câble Ethernet pour télécharger et activer automatiquement le bon driver.
Je procède à l'installation depuis le liveUSB de la façon classique d'Ubuntu. Au moment du partitionnement il est proposé soit d'installer à coté de Windows en dualboot, soit d'installer sur la totalité des 160 Go du disque en supprimant Windows. Windows n'est absolument pas nécessaire, Je choisis la 2eme option. Je choisis également le mode de connexion par authentification de l'utilisateur.

L'installation dure une vingtaine de minutes au bout desquelles l'installateur propose de redémarrer sur le nouveau système.
- Redémarrage sans aucun soucis
- Raccordé par un câble Ethernet, je télécharge les mises à jour puis j'active le pilote réseau sans-fil Broadcom STA
- Au redémarrage, tout est fonctionnel : le WiFi, la webcam dans cheese, le son, le touchpad, les touches de fonction.



OPTIMISATIONS SYSTEME

Optimisation de l'utilisation de la mémoire avec tmpfs
Ceci va permettre d'augmenter la réactivité du système, d'économiser les écritures disques (par conséquence augmenter sa durée de vie) et augmenter l'autonomie de la batterie
- Dans le terminal, taper la commande "sudo gedit /etc/fstab" et ajouter la ligne suivante à la fin :
# Montage /tmp en Ram
tmpfs /tmp tmpfs defaults,user,noexec,noatime,mode=0777 0 0
Explication des options :
    - defaults alloue dynamiquement la moitié de la RAM permettant ainsi de ne pas utiliser la mémoire si cela n'est pas nécessaire. En cas de saturation de la mémoire, c'est le swap qui sera utilisé.
    - user et mode=0777 pour que l’utilisateur puisse y accéder.
    - noexec permet d’interdire l’exécution de programme depuis le cache
    - noatime  ne met pas à jour la date d’accès à chaque accès
 - Redémarrer pour la prise en compte

Attention : Soyez prudent lors de cette phase, une erreur dans le fstab et votre système peut se retrouver bloqué au prochain démarrage.

Contrôle du gain après modification : La commande suivante permet la création puis la suppression d'un fichier de 300 Mo en indiquant le temps et la vitesse.
time dd if=/dev/zero of=test.bin bs=1024k count=290;rm -rf test.bin
Test 1 : Ouvrir le terminal puis y copier la commande et contrôler le temps et la vitesse disque
Test 2 : Toujours dans le terminal, faire un "cd /tmp" et lancer à nouveau la commande. Voyez la différence...

OPTIMISATION FIREFOX version 3.6.6 
Pour info, je préfère Firefox à Chrome/chromium. Dans ses dernières versions, Firefox est devenu rapide et est parfaitement adaptable pour une utilisation Netbook

Modules complémentaires pour utilisation Netbook
- Adblock (pour épurer la pub)
- Fasterfox Lite (pour booster la navigation)
- Personas (pour le look ma fille aime bien)
- Compact Menu (permet un réel gain d'espace en remplaçant le menu par une simple icône)
- Omnibar (fusionne la barre d'adresse et le champs de recherche - chrome like)
- AutoHideStatusBar (pour masquer automatiquement la barre d'état en bas)

Désactivation IPV6
Dans la barre d'adresse Firefox, tapez about:config et confirmez que vous ferez attention...
- Dans la barre de filtre , tapez ipv6.
- Trouvez le paramètre network.dns.disableIPv6 et double-cliquez dessus pour faire passer sa valeur à true.

Mise du cache Firefox en RAM 
Le répertoire /tmp ayant été placée dans la RAM précédemment, on va l'utiliser comme cache de Firefox.
Dans la barre d'adresse Firefox, tapez about:config et confirmez que vous ferez attention...
- Rechercher la clé "browser.cache.disk.parent_directory"
- Si elle n'existe pas, créez la par un clic droit et "nouvelle chaîne de caractère"
- La nommer "browser.cache.disk.parent_directory" puis entrer comme valeur : /tmp/cache-firefox
- Relancer Firefox

MAJ du 11 juillet 2010 : Malgré tout le tuning possible de Firefox, Chromium reste plus rapide au lancement sur ce PC :/

vendredi 2 juillet 2010

Mandriva Nouveautés marquantes de la 2010.1 Spring

    Mandriva 2010.1 sortira après de nombreux reports le 8 juillet. Il n'y a malheureusement toujours aucune certitude sur le devenir de cette distribution qui reste une des meilleures pour KDE

    Cette version est basée sur le noyau Linux 2.6.33.4

    Parmi les nouveautés présentes :
    • Installation des éditions One - Vous pouvez désormais installer une édition One sur le disque dur sans devoir amorcer Mandriva. Dans le menu de démarrage, sélectionnez Installer Mandriva Linux Spring.
    • Chiffrement en 1 clic - Le chiffrement du système de fichiers a été amélioré et, rendu plus facile à la fois dans diskdrake et lors de l'installation de Mandriva. Le "Chiffrement" n'est plus présenté comme un système de fichiers, mais comme une case à cocher dans la fenêtre de création.
    • Compte Invité - Nombreuses améliorations dans la gestion du compte invité : utilisation de fichiers shell restreint, accès limité aux fichiers des autres utilisateurs, empêcher l'accès à la plupart des outils d'administration Mandriva.
    • Chargeur d'amorçage - les outils Mandriva prennent désormais en charge la création d'un mot de passe crypté dans GRUB.
    • Firefox 3.6.6 - Cette nouvelle version arrive avec de nombreuses améliorations des performances. Vous trouverez également quelques nouvelles fonctionnalités pour améliorer l'ergonomie globale :
      * Pré-visualisation d'onglets : pour activer cette nouvelle fonctionnalité, ouvrez about:config dans votre navigateur et recherchez le paramètre browser.CtrlTab.previews
      * Support des thèmes Persona
      * Plus d'informations en retour sous forme de rapport, quand un plug-in installé n'est pas à jour
      * Pour un aperçu des fonctionnalités de Firefox 3.6, vous pouvez consulter l'article Ars Technica
      * L'intégration de KDE : utilisation du sélecteur de fichiers de KDE et, de l'outil configuration des associations de fichiers de KDE
    • OpenOffice.org 3.2 - vitesse de démarrage a beaucoup été amélioré. Quelques améliorations aussi dans l'importation des fichiers OpenXML et l'exportation de basic fichiers docx.
    • drakguard - Vous pouvez maintenant décider de bloquer certaines applications pour des utilisateurs donnés. 
    • Imprimantes - Installation automatisée
    • Fonctionnalité Smart Desktop - Elle vise à simplifier la navigation dans les documents (photos, vidéos, emails...) par leur étiquetage et notation.
    • netprofile - Ajout du support pour les services personnalisés : vous pouvez maintenant ajouter n'importe quel service que vous souhaitez géré par netprofile. Pour plus d'informations, voir ce post d'Eugeni Dodonov.
    • Pilote Nouveau - Il est maintenant utilisé en tant que pilote libre pour les cartes graphiques nVIDIA au lieu de nv. Nouveau apportera le support KernelModeSetting, l'accélération 2D, et le support RandR 1.2 (pour les installations aisées multi-moniteur)
    • Mesa 7.8 - Le support de la 3D a été activé pour les chipsets R600 et R700 d'ATI (ATI Radeon HD 2000 et versions ultérieures), vous pouvez désormais profiter de l'accélération 3D avec les pilotes libres ATI.
    • Pilote Intel X11 - Version 2.11.0 est maintenant inclus dans Cooker. Conjointement avec le noyau 2.6.33.5, il apporte un soutien dans la superposition de vidéo pour une utilisation CPU efficace dans la lecture de vidéos.
    • Le pilote libre ATI - Mis à jour à partir d'un instantané de la version 6.13. Cette version supporte kernel-mode-setting (activé par défaut dans le noyau TMB) et ajoute le support pour certaines cartes ATI récentes.
    • Bureau KDE en version stable 4.4.3.
    • Bureau GNOME - Amélioration du thème GTK+ Ia-Ora et bureau en version 2.30.1.
    • Autres navigateurs disponibles - Opéra, Chromium et reKonq.

      lundi 14 juin 2010

      Contrôle du vieillissement prématuré des disques dur des portables


      A la différence des PC Fixes, les disque durs utilisés sur les ordinateurs portables doivent répondre à 2 critères importants :
      • Préserver le plus possible l'autonomie de la batterie
      • Résister aux chocs en cours d'utilisation
      Ces disques utilisent la technologie SMART et sont capables d'activer le parcage des têtes de lecture quand il n'y a pas de lecture/écriture à faire permettant ainsi de prolonger l'autonomie de la batterie et également de protéger le disque contre d'éventuels chocs.

      Le parcage de têtes étant une opération mécanique, entraine une usure du disque et un mauvais réglage peut entrainer le vieillissement prématuré du disque et la perte de vos données. Sur certains portables, le parcage se fait entendre par un petit "clac", sur d'autres le parcage est inaudible.

      L'inconvénient est que certains systèmes privilégient l'autonomie de la batterie au détriment de la durée de vie du disque dur. Le nombre de fois qu'une tête peut être parquée et déparquée est variable selon le modèle de disque, les constructeurs de disques durs donnent des durées de vie qui oscillent entre 300000 et 600000 cycles.

      Sur de nombreux modèles d'ordinateur portable, une gestion d'énergie agressive peut imposer au disque dur des seuils d'arrêts/parcage trop fréquents.
      Ces seuils sont gérés par le firmware du disque et selon les modèles il est possible (ou pas) d'optimiser les réglages à l'aide de l'utilitaire "hdparm", tout dépends du constructeur.

      Certains sites conseillent la désactivation complète du parcage à l'aide de la commande hdparm (commande "hdparm -B 254" ou "hdparm -B 255"). Ils ne savent pas que ce type de réglage peut engendrer de pire conséquences :
      • Les têtes du disque ne seront jamais (ou presque jamais) parquées, que l'ordinateur portable soit sur secteur ou batterie. Ce qui veut dire qu'en cas de choc, les têtes pourraient toucher les pistes du disque dur et les endommager.
      • Sans parcages de têtes, le disque dur ne s'arrête pas et reste donc en fonctionnement constant : la température de certains disques peut augmenter de 10°C ou plus que lors d'un fonctionnement avec parcages nombreux. En dessus de 45° le disque souffre
      • Comme les têtes ne sont plus parquées (même sur batterie), c'est l'autonomie du PC qui en est réduite (votre disque dur durera plus longtemps mais votre batterie se déchargera plus vite)
      La commande "smartctl" (en tant que root) permet d'obtenir des informations intéressantes sur le disque et son utilisation. Pour utiliser cette commande, il faut avoir le paquet "smartmontools" installé.

      Grâce à cet utilitaire, 3 informations essentielles vont vous permettre d'évaluer si le parcage des têtes est trop important :
      • 9 : Power_On_Hours : C'est la durée cumulée en heure de fonctionnement de ce disque depuis sa toute première utilisation (normalement depuis l'achat du portable ou du remplacement du disque).
      • 193 : Load_Cycle_Count (LCC) : C'est le nombre total de fois ou le parcage des têtes a été activé (depuis sa toute première utilisation aussi)
      • 194 Temperature_Celsius : C'est la température actuelle du disque dur
      smartctl affichant de nombreuses informations, voici la commande permettant l'affichage uniquement de ces 3 valeurs (à faire avec les droits root) :

      smartctl -a /dev/sda|grep "\(Load_Cycle_Count\|Power_On_Hours\|Temperature_Celsius\)"

      Il suffit de faire le calcul Power_On_Hours/Load_Cycle_Count pour obtenir le nombre moyen de LCC par heures depuis la toute première utilisation du disque dur.

      Exemple pour mon portable :
      [root@localhost ~]# smartctl -a /dev/sda|grep "\(Load_Cycle_Count\|Power_On_Hours\|Temperature_Celsius\)"
      9 Power_On_Hours          0x0032   096   096   000    Old_age   Always       -       3640
      193 Load_Cycle_Count        0x0032   073   073   000    Old_age   Always       -       55940
      194 Temperature_Celsius     0x0022   040   049   000    Old_age   Always       -       40 (0 8 0 0)
      [root@localhost ~]#

      En résumé :
      • 3640 heures de fonctionnement
      • 55940 parcages de têtes
      • Température de 40°
      55940/3640 donne un LCC moyen de 15,36

      Un rapide calcul de cette moyenne me permet d'estimer pour mon disque plus de 39 000 heures de fonctionnement en se basant sur les 600.000 parcages moyens des disques. Je pourrais donc même optimiser mes réglages pour préserver un peu plus mon autonomie de batterie tout en m'assurant que la température du disque n'augmente pas trop.

      Pour savoir si votre distribution installée récemment applique une gestion agressive pour les disques, il faut faire le test sur plusieurs heures / jours tout en continuant de se servir de votre PC normalement. Si le LCC est supérieur à 50, ce n'est pas normal (plus de 100 votre disque est en danger). Il convient de tester les différents réglages pour abaisser cette moyenne.

      Réglages et Optimisations :
      Les paquets "smartmontools" et "laptop-mode-tools" quand ils sont installés, permettent la surveillance et l’application de réglages optimisés en fonction du contexte (fonctionnement sur batterie ou sur secteur).

      Les réglages se font dans le fichier /etc/laptop-mode/laptop-mode.conf
      Ci dessous les principaux réglages que j'ai appliqué sur mon portable

      ENABLE_LAPTOP_MODE_TOOLS=1
      ENABLE_LAPTOP_MODE_ON_BATTERY=1 # Active le laptop-mode quand le portable est sur batterie
      ENABLE_LAPTOP_MODE_ON_AC=1 # Active le laptop-mode quand le portable est sur secteur
      ENABLE_LAPTOP_MODE_WHEN_LID_CLOSED=1 # Active le laptop-mode en sortie de veille
      MINIMUM_BATTERY_CHARGE_PERCENT=3
      DISABLE_LAPTOP_MODE_ON_CRITICAL_BATTERY_LEVEL=1 # Quand la batterie est déchargée, permet de vider le cache en écriture
      LM_BATT_MAX_LOST_WORK_SECONDS=3600
      LM_AC_MAX_LOST_WORK_SECONDS=3600 
      # Durée en secondes de conservations des données en cache avant écriture sur le disque. Avec un cache très long, il y a moins d'écritures disque et la seule gène serait une coupure de courant (ce qui est quand même rare sur un portable avec batterie) ou un crash (ce qui devient aussi rare si vous utilisez Linux)
      CONTROL_HD_IDLE_TIMEOUT=1 # on autorise laptop-mode à gérer les timeouts disque(s)
      LM_AC_HD_IDLE_TIMEOUT_SECONDS=300 # Durée avant parcage des têtes (PC sur secteur)
      LM_BATT_HD_IDLE_TIMEOUT_SECONDS=20 # Durée avant parcage des têtes  (PC sur batterie)
      CONTROL_HD_POWERMGMT=1 # Autorise laptop-mode à appliquer des réglages hdparm
      BATT_HD_POWERMGMT=30 # Valeur hdparm sur batterie
      LM_AC_HD_POWERMGMT=200 # Valeur hdparm sur secteur
      NOLM_AC_HD_POWERMGMT=200 # Valeur hdparm quand le mode de fonctionnement n'est pas connu
      CONTROL_HD_WRITECACHE=1
      NOLM_AC_HD_WRITECACHE=0
      NOLM_BATT_HD_WRITECACHE=0
      LM_HD_WRITECACHE=1 #Cache activé en écriture quand le portable est sur batterie
      LM_SECONDS_BEFORE_SYNC=20  # Ceci mettra à 20 secondes le temps entre chaque synchronisation sur le disque.

      Pour contrôler si les valeurs de hdparm fixées dans le fichier de configuration sont bien appliquée, utiliser la commande suivante :

      hdparm -I /dev/sda | grep Advanced

      Sur secteur, la réponse doit être : Advanced power management level: 200 
      Sur batterie, la réponse doit être :  Advanced power management level: 30

      Ajustements :
      Il se peut qu'il soit necessaire d'ajuster ces valeurs pour votre disque. Il convient de trouver une valeur qui permet de passer sous la barre des 50 parcages à l'heure tout en s'assurant que le disque ne chauffe pas.

      Faire un test pendant 10 minutes avec :
      hdparm -B 255 /dev/sda

      Le LCC ne devrait plus s'incrémenter

      Faire un test pendant 10 minutes avec :
      hdparm -B 254 /dev/sda

      Puis contrôler la veleur du LCC et la température disque

      Continuer ainsi de suite en décrémentant jusqu'au meilleur compromis (moins de 5 LCC par heure sur secteur et moins de 50 sur batterie)

      Une fois les bonnes valeurs trouvées, il suffit de les indiquer dans les options du fichier laptop-mode.conf

      BATT_HD_POWERMGMT=xxx # Valeur hdparm sur batterie
      LM_AC_HD_POWERMGMT=xxx # Valeur hdparm sur secteur
      NOLM_AC_HD_POWERMGMT=xxx # Valeur hdparm quand le mode de fonctionnement n'est pas connu

      Mon fstab pour economiser ler les écritures disque et améliorer les temps de réponse. (partie en cours de rédaction)
      /dev/shm /tmp tmpfs defaults,nosuid,nodev,noexec 0 0

      Sites traitant du sujet :
      Wiki mandriva
      http://fr.pardus-wiki.org/Parcage_de_tetes
      http://samwel.tk/laptop_mode/faq
      http://doc.ubuntu-fr.org/laptop_mode
      http://www.thinkwiki.org/wiki/Problem_with_hard_drive_clicking

      samedi 22 mai 2010

      Installation Linux sur un COMPAQ HP Presario CQ71-403


      En 2009, une amie souhaitait changer son ordinateur vieillissant par un portable neuf. Elle m'a donc demandé de la conseiller dans son choix pour un budget inférieur à 500€. Après recherches, je lui ai indiqué un Compaq CQ60-305SF qu'elle a aussitôt acheté et sur lequel j'ai installé LinuxMint 7.

      Un an après, elle en est tellement satisfait qu'elle souhaite maintenant offrir un portable à sa maman avec le même système, aussi cette fois c'est un COMPAQ HP Presario CQ71-403 que je lui ai conseillé (pour info, je ne travaille pas chez Compaq, ce sont simplement des modèles mis en avant sur les sites de vente en ligne)

      Les données Techniques :

      • Type de processeur : Processeur Intel® Celeron® 900 2,2 GHz, Cache de niveau 2, 1 Mo
      • Chipset : Intel® GL40
      • Mémoire : 2 Go (2 x 1024 Mo) de mémoire DDR2
      • Mémoire maximale : Prend en charge jusqu'à 8 Go de mémoire DDR2
      • Logements pour la mémoire : 2 logements mémoire accessibles par l'utilisateur
      • Lecteurs internes : Disque dur SATA 160 Go (5 400 tr/min)
      • Disques optiques : Lecteur optique SATA : Graveur DVD±RW LightScribe SuperMulti double couche
      • Taille de l'écran : Écran LED haute définition HP BrightView d'une diagonale de 43,9 cm (17,3 pouces)
      • Résolution de l'écran : 1600 x 900
      • Carte graphique : Intel® Graphics Media Accelerator 4500M avec jusqu'à 797 Mo de mémoire graphique totale disponible
      • Emplacements : Lecteur multimédia numérique 5-en-1 intégré pour les cartes mémoire Secure Digital, MultiMedia Card, Memory Stick, Memory Stick Pro et xD-Picture Card
      • Webcam : Webcam avec micro intégré ; VGA
      • Périphérique de pointage : Pavé tactile avec bouton d'activation/désactivation et pavé de défilement vertical dédié
      • Clavier : Clavier complet avec pavé numérique intégré
      • Interface réseau : Réseau LAN Ethernet 10/100BASE-T intégré
      • Technologies sans fil : 802.11 b/g/n

      Installation de Linux Mint 9

      Démarrage sur le LiveDVD de Linux Mint 9, tout fonctionne out of the box. Je peux même configurer le WiFi. Je décide donc d'installer.
      Au moment de l'étape partitionnement, je choisis le mode manuel.
      Il y a 3 partitions, une de 200Mo, une pour Seven et la dernière pour le recovery. Je décide de ne garder que la dernière dans le cas d'une revente plus tard et supprime sans hésiter les 2 premières
      Je crée une partition sda1 pour le swap de 2048Mo et j'assigne le restant au point de montage "/"
      Je choisis également un démarrage automatique sans login
      Le reste de l'installation se déroule sans problème
      Au redémarrage, tout est fonctionnel
      - Le WiFi et son voyant associé sur le PC (Orange non connecté et Bleu quand c'est connecté)
      - La Webcam avec le programme Cheese
      - Les effets 3D avec Compiz
      - Gestion de l'économie d'énergie (luminosité baisse si on ne fait rien)
      - Mise en veille en rabattant l'écran, à la réouverture le retour du système est hyper rapide et tout fonctionnel

      Je finalise en installant des logiciels complémentaires + les mises à jours.

      Le redémarrage est hyper rapide (grâce à plymouth et le travail réalisé par les équipes Ubuntu)

      Bref un bon PC bureeatique entièrement compatible Linux (en tout cas LinuxMint9) pour un prix inférieur à 400€

      jeudi 13 mai 2010

      Anacron pour les nuls


      Anacron est un planificateur de tâches pour les système Unix/Linux

      A quoi ça sert ?
      Pour permettre l'exécution automatisée de tâches de maintenance, les serveurs unix utilisent le programme « crontab ». Ces tâches sont généralement planifiées à un horaire ou la charge système est faible (de préférence pendant la nuit) : suppression de fichiers inutilisés, archivage de journaux, indexation de fichiers, sauvegardes, etc.
      L'inconvénient du programme « crontab » c'est que si le système est éteint à l'horaire défini, il n'y aura pas d'exécution de la tâche programmée.
      Avec l'apparition et la démocratisation des distributions Linux pour le commun des mortels, il devient rare de laisser son PC allumé la nuit pour permettre à « crontab » de nous maintenir notre système... Pourtant, Linux nécessite l'exécution de tâches de maintenance.
      Le programme « anacron » permet l'exécution de tâches planifiées sans nécessité de laisser la machine allumée 24h/24. Son créateur s'appelle Christian Schwarz.

      Principes
      Le programme « anacron » n'est pas du tout destiné à remplacer « crontab », il est complémentaire et il coexiste avec lui...
      « anacron » utilise des indications de temps relatives (« une fois par jour / par semaine / par mois ») au lieu de références temporelles absolues (« le 14 janvier 2008 à 15h 30 »). De la sorte, même si vous « manquez » un moment ou une date particulière où l'exécution d'un « job » était prévue, celui-ci sera tout de même exécuté peu de temps après le prochain démarrage du système.

      Fonctionnement
      Le programme anacron est normalement installé de base sur les distributions actuelles. Pour le vérifier, en root, taper la commande suivante :
      [root@localhost ~]# anacron -V
      La réponse devrait être :
      Anacron
      Copyright (C) 1998  Itai Tzur
      Copyright (C) 1999  Sean 'Shaleh' Perry
      Copyright (C) 2004  Pascal Hakim

      Mail comments, suggestions and bug reports to .

      Sur un système fonctionnant en permanence, anacron peut être lancé par « crontab » à un horaire défini.
      Sur un système ne tournant pas en permanence, « anacron » est lancé au démarrage car configuré en tant que service (On le retrouve donc dans /etc/init.d)
      « anacron » recherche les « fichiers dateurs » (anglais timestamps) correspondant à ses différents jobs dans /var/spool/anacron
      Si, d'après un des fichiers dateurs, un job est en attente, anacron » le lance
      « anacron » met à jour le fichier dateur du job en question.
      Une fois son travail terminé, anacron » s'arrête en attendant la prochaine sollicitation. Il n'y a pas de process anacron » consommant de la mémoire.

      La configuration du programme est contrôlée par le fichier /etc/anacrontab.
      Inspectez-le en tapant :
      [root@localhost ~]# cat /etc/anacrontab
      # /etc/anacrontab: configuration file for anacron

      # See anacron(8) and anacrontab(5) for details.

      SHELL=/bin/sh
      PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin
      MAILTO=root
      # the maximal random delay added to the base delay of the jobs
      RANDOM_DELAY=45
      # the jobs will be started during the following hours only
      START_HOURS_RANGE=6-22

      #period in days delay in minutes job-identifier command
      1 5 cron.daily nice -n 19 run-parts /etc/cron.daily
      7 25 cron.weekly nice -n 19 run-parts /etc/cron.weekly
      @monthly 45 cron.monthly nice -n 19 run-parts /etc/cron.monthly

      La variable START_HOURS_RANGE permet de spécifier le créneau horaire ou anacron peut exécuter ses tâches programmées.
      La variable RANDOM_DELAY permet de définir un report aléatoire en minutes du démarrage des tâches. La valeur 45 indique que le démarrage de la première tâche pourra se faire aléatoirement entre 0 et 45 minute après qu'anacron ait été démarré.
      Chaque ligne du fichier de configuration correspond à une tâche selon le schéma suivant :
      intervalle   délai   étiquette   commande
      • 1ère colonne, intervalle : exprimé en jours, indique l'intervalle de temps entre 2 exécution d'une tâche.
      • 2ème colonne, délai : exprimé en minutes, c'est le délai entre 2 tâches exécutées par anacron, pour éviter qu'elles ne s'exécutent en même temps.
      • 3ème colonne, étiquette : commentaire ajouté pour les logs de anacron
      • 4ème colonne, commande : tâche à exécuter
      Pour chaque tâche, Anacron détermine si la tâche a été exécutée dans la période spécifiée dans le champ period du fichier de configuration. Si ce n'est pas le cas, Anacron exécute la commande.

      Options de lancement
      -f: Force l'exécution des tâches, en ignorant les fichiers dateurs.
      -u: Met à jour à la date courante les fichiers dateurs des tâches, mais ne lance rien.
      -s: Met en série l'exécution des tâches. Anacron ne lancera pas une nouvelle tâche avant que la précédente ne soit terminée.
      -n: Lance les tâches tout de suite. Ignore les définitions de délai dans le fichier /etc/anacrontab Cette option implique -s.
      -d: N'exécute pas en arrière-plan. Dans ce mode, Anacron enverra les messages d'information vers la sortie d'erreurs, ainsi qu'à syslog. La sortie des tâches est envoyée via un message comme d'habitude.
      -q: Supprime les messages destinés à la sortie d'erreurs. Applicable seulement avec -d.
      -t anacrontab: Utilise le fichier désigné anacrontab, à la place de celui par défaut.
      -V: Affiche l'information de version, puis s'arrête.
      -h: Affiche un court message d'utilisation, puis s'arrête.

      Exemple : pour demander à anacron de lancer uniquement la commande echo "Bonjour" tous les 2 jours, cinq minutes après son démarrage, et seulement entre 12h et 20h, configurer le fichier /etc/anacrontab ainsi :

      SHELL=/bin/sh
      PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin
      MAILTO=root
      RANDOM_DELAY=0
      START_HOURS_RANGE=12-20
      2    5    Test    /bin/echo "Bonjour"

      Lancer ensuite la commande suivante en root :
      [root@localhost ~]# /usr/sbin/anacron -d

      Bon à savoir :
      • Anacron n'est pas lancé si l'ordinateur que vous utilisez n'est pas sur secteur. Ainsi, il n'entraîne pas de consommation supplémentaire pour un portable.
      • Les logs anacron se trouvent dans /var/log/syslog
      • Anacron, comme crontab semblent devoir être remplacés par fcron, plus souple et remplissant les fonctions des deux logiciels

      vendredi 7 mai 2010

      Boot Mandriva Plymouth Space-Sunrise


      Une contributrice allemande a réalisé cette superbe adaptation du thème space-sunrise pour Mandriva 2010

      Il est téléchargeable ici : ftp://ftp.mandrivauser.de/rpm/GPL/2010.0/i586/release/plymouth-theme-space-sunrise-0.1-1mud2010.0.noarch.rpm

      Une fois installé, faire ces commandes en root :

      [root@localhost ~]# plymouth-set-default-theme space-sunrise
      [root@localhost ~]# /usr/libexec/plymouth/plymouth-update-initrd

      mardi 4 mai 2010

      Montage automatique de systèmes de fichiers


      J'ai récemment dé-localisé certaines données (photos, musique, films et backup) sur un NAS et activé le partage de fichiers localement par le protocole NFS

      Le but est de pouvoir partager les fichiers entre mon PC fixe raccordé en Ethernet et 2 autres PC connectés par WiFI sur la freebox
      Je souhaite que le partage soit accessible sur /media/serveur_maison/

      Sur le fixe, il a donc suffit de configurer le fichier "fstab" grâce au menu "configurer un partage NFS" accessible dans le Centre de Contrôle Mandriva.
      Au redémarrage, le partage est accessible sans problèmes.

      Sur les PC connectés en WiFI, j'ai au départ effectué la même opération mais quand j'ai redémarré, les partages NFS n'étaient pas accessibles.
      La raison est que le WiFi n'étant pas actif tout de suite, fstab ne parvient pas à monter le partage NFS et ne le fera pas par la suite quand la connexion WiFi sera montée.

      Solution magique : Pour remédier au problème, utiliser autofs (à la place de fstab) qui permet de monter des systèmes de fichiers "à la demande"

      autofs est un processus qui automatise le montage (et le démontage) de certains systèmes de fichiers. Si le système de fichiers n'est pas monté, et qu'un utilisateur essaye d'y accéder, il sera automatiquement (re)monté.

      Ceci est très utile dans les configurations en réseau pour partager des systèmes de fichiers entre plusieurs machines, spécialement lors qu'elles ne sont pas systématiquement joignables au démarrage (WiFi, Pb Lan) ou tout simplement éteintes.

      Configuration sur Mandriva (pour ce cas particulier, il faut utiliser la Konsole)
      Nota : valable aussi pour les autres distributions mais il faut adapter les commandes (sudo, chemins, etc)
      • Ouvrir la Konsole (ou le terminal)
      • Se loguer en root et installer le logiciel autofs
                [root@localhost ~]# urpmi autofs
      • Configurer à l'aide d'un éditeur (j'utilise nano) le fichier auto.master (pour le package Mandriva il se trouve dans /etc/autofs/). Dans ce fichier, on indique que /media/serveur_maison est un point d'automontage géré par autofs, et que les dossiers distants seront spécifiés via le fichier script /etc/autofs/auto.nfs
                [root@localhost ~]# cat /etc/autofs/auto.master
                 /media/serveur_maison /etc/autofs/auto.nfs --ghost,--timeout=30
                 +auto.master
                [root@localhost ~]#
      • Créer enfin le fichier /etc/autofs/auto.nfs  qui correspond au mapping des répertoires partagés sur le serveur (le nom de ce fichier n'a pas d'importance, il doit juste correspondre au nom que vous renseignerez dans auto.master)
                [root@localhost ~]# cat /etc/autofs/auto.nfs
                 photos_serveur  -fstype=nfs,rw,intr     nas-sjc:/c/media/photos
                 backup_serveur  -fstype=nfs,rw,intr     nas-sjc:/c/backup
                [root@localhost ~]#  
      • Lancer enfin le service autofs et contrôler la présence des dossier dans /media/serveur_maison
                [root@localhost ~]# service autofs start

      Liens intéressants :  
      http://coredump.developpez.com/nfs/serveur/
      http://manurevah.com/blah/fr/pages/autofs 

      samedi 20 mars 2010

      Installation Linux sur un Toshiba P300 - 27z

      Un collègue du travail (que dis-je, un ami de 30 ans)  a acheté l'année dernière ce beau et imposant PC portable avec Windows Vista.
      Ordinateur Portable Satellite P300-27Z - Processeur Intel Core 2 Duo P7350 (2,0 GHz) - Ecran TFT 17'' TruBrite WXGA+ - Résolution de 1440 x 900 pixels - 4096 Mo - Disque dur de 640 Go (2 x 320 Go) - Graveur de DVD Dual Double Couche - Carte graphique ATI Mobility Radeon HD 4650 1024 Mo dédiés / 2301 Mo HyperMemory - Port HDMI - Modem 56K - Réseau Ethernet - Réseau sans fil WiFi N - Lecteur de cartes 5 en 1 - Firewire - Webcam 1,3 MégaPixels avec microphone intégré - Système de reconnaissance faciale - Poids de 3,2 Kg - Windows Vista Edition Familiale Premium

      Pour lui, l'ordinateur c'est pour aller sur internet, faire de la bureautique et gerer sa collection de photos.
      Il a du mal avec les popups à répétition de Windows et de l'anti-virus qui lui demande de bien vouloir passer à la caisse.

      Connaissant ma passion pour Linux, je lui ai proposé de remplacer son Windows par ce fameux Linux

      Mon but est de lui offrir un système très simple à utiliser mais avec les logiciels propriétaire installés de base ainsi que quelques "must have" applications

      Première tentative : Linux Mint 8 Helena

      Linux Mint est une des distributions les plus user friendly de la planète Linux. C'est à elle que j'ai d'abord pensé.

      - Boot sur le LiveCD (kernel 2.6.31).
      Pas de chance, ni la carte Ethernet, ni le WiFi ne sont reconnus. Apparement c'est un bug identifié sur Ubuntu 9.10.
      Je n'ai pas envie de commencer à bidouiller d'entrée de jeu. C'est aussi la première fois que je me cogne une carte ATI (Avec Nvidia ça a toujours roulé).
      je n'insiste donc pas avec Linux Mint ou Ubuntu 9.10.
      Pour avoir fait le test avec l'alpha 3 de Lucid, le WiFi fonctionnait mais je ne veux pas d'une version en Alpha ou Beta.

      Deuxième tentative : Mandriva One 2010.0 KDE

      Bon c'est ma distribution préférée du moment et j'en suis toujours très satisfait.

      - Boot sur le LiveCD (kernel 2.6.31.5).
      Cette fois, tout semble bien reconnu : Ethernet, WiFi, son, webcam sous Kopete.
      Installation de la distribution en dur sur le PC. Je demande à l'installateur de prendre tout l'espace en supprimant Windows (les documents ont été sauvegardés)
      - Au redémarrage, tout est bien fonctionnel mais je vais me heurter à quelques soucis quand même.

      1) Problème de son

      Alors que les sons système fonctionnent bien au démarrage et à l'arrêt :
      - Pas de son sur Youtube
      - Pas de son sur Freetuxtv
      J'ai cherché d'abord dans la configuration système de Kde "Configurer votre Bureau" puis "Multimedia" pour passer "Audio interne Analog Stereo" en premier à la place de "HDA ATI HDMI Digital Stereo (HDMI)"
      Ensuite j'ai regardé coté konsole et la commande "alsamixer -c 0"
      Ensuite j'ai regardé dans le CCM et "Configuration du son" ou j'ai dévalidé PulseAudio ce qui m'a fait retrouver du son sous Youtube mais pas sous Freetuxtv :(

      Finalement la solution était dans le menu "Son et Video" avec le programme "Controle du Volume" qui appelle l'utilitaire "pavucontrol" (PulseAudio VolUme Control)

      Il suffit de lancer l'application qui ne génère pas de son puis d'aller voir dans pavucontrol quel est le périphérique utilisé par cette application (pour moi c'était "HDA ATI HDMI Digital Stereo (HDMI)" qui était activée pour Youtube et Freetuxtv. Le péripherique adéquat est sélectionnable dans cette fenêtre.

      2) Problème avec l'activation des effets 3D

      Malgré tout mes efforts, impossible d'activer totalement les effets 3D avec KWin.
      Bizarrement dans la configuration système de Kde, il indique "L'affichage composite a été désactivé temporairement" à chaque démarrage.
      Je peux par contre l'activer à l'aide du raccourci "Alt-Shift-F12"mais je ne me vois pas demander à mon collègue de faire ceci chaque fois rien que pour avoir le cube ou d'autres effets sympa de kde.
      L'openGL fonctionne quand même correctement car l'application GoogleEarth est très fluide et l'outil "glxgears" annonce 7200 FPS

      Avant :

      Après :

      3) Problème avec l'imprimante Lexmark Interpret S405

      Mandriva voit bien cette imprimante raccordée en USB mais ne trouve pas de bon pilote pour elle et par défaut installe les drivers Epson Stylus Photo 2200.
      Résultat : elle ne fonctionne pas du tout...
      Après recherche infructueuse sur des forums, J'ai finalement trouvé et téléchargé le pilote directement sur le site de Lexmark ici
      C'est un fichier qu'il faut décompresser dans un répertoire. Il suffit ensuite de cliquer sur le fichier pour procéder à l'installation

      jeudi 11 mars 2010

      Mon experience PCLinuxOS



      Installation de la version PCLinuxOS-2010.1 Kde 32 sur PC laptop Dell Latitude D830 / Intel Core 2 Duo T7250 (2 GHz/2 Mo/800 MHz) / Ram 2Gb 667 MHz / DD 160Gb / Nvidia Quadro NVS 140M.
      Imprimante HP Photosmart C5280


      J'aime :
      • Démarrage LiveCD, ma carte Nvidia est reconnue et je peux immédiatement tester la composition et les effets 3D sans installer
      • Procédure d'installation identique à Mandriva - Simple et fonctionnelle
      • KDE SC 4.4.4 démarrage rapide, fluide et fonctionnel
      • Les codecs (MP3, divx), pilotes propriétaires et plugins (Flash, Java) sont installés de base comme sur Mandriva One.
      • Tout mon matériel est reconnu (Wifi, Son, Bluetooth, etc)
      • Au branchement, mon Imprimante et son scanner sont automatiquement reconnus et configurés.
      J'aime pas :
      • L"obligation de télécharger des MegaOctets par la suite pour les mises à jour, les locales (langue française), la suite Openoffice...
      • Le style KDE3 de base (menu et vue par dossiers) mais bon c'est modifiable en 3 coup de clics. Je préfère le menu kickoff et la vue par activité, bref le style KDE4
      • Gestionnaire de logiciel Synaptic - Fonctionnel mais pas très user friendly 
      • Compiz préinstallé alors que je préfère Kwin O_o
      • Beaucoup de paquets Gnome pour un environnement KDE O_o
      • Le pire pour moi, une sombre histoire de dépendances qui empêche d'utiliser la fonctionnalité géolocalisation dans Digikam car il manque le paquet kdeedu-marble. De plus sur le forum, il a été répondu à un membre qu'on ne peut satisfaire tout le monde et cerise sur le gâteau, le post relatif à ce manquement a été supprimé quand j'ai indiqué que ce comportement n'était pas normal et que l'on ne pouvait accepter de restreindre des fonctionnalités sous pretexte de compilation de paquets... Bref PCLinuxOs c'est non

      samedi 6 mars 2010

      Mon experience OpenSuse 11.2


      Installation de la version 11.2 Kde 32 sur PC Fixe : 2x AMD Athlon(tm) 64 X2 Dual Core Processor 4400+ / 2Gb CORSAIR DDR2 PC2-6400 - 800 MHz - CAS 4 / DD 320Gb Sata II / Nvidia 9600GT.

      J'aime :
      • Installation depuis le LiveCD simple
      • Tout mon matériel est reconnu
      • Le bureau s'ouvre en 5s après le login et l'ensemble est plutôt bien fini et fluide.
      • Version Kde 4.3.5 de base
      • Bureau Kde configuré de base en vue activité, avec le clic unique pour la navigation (Mandriva customise le bureau Kde en vue dossiers mais ceci reste une affaire de goûts)
      Je n'aime pas :
      • Malgré avoir indiqué que je souhaitais que le Grub d'OpenSuse soit installé sur sa partition de boot et que mon MBR ne soit pas touché, OpenSuse a flingué mon MBR Mandriva...
      • L'esthétique OpenSuse - Ce vert fade au démarrage... Le vert en général...
      • Démarrage assez lent (lourd ?) et pas très harmonieux (trop de lignes de code pour Mme Michu)
      • Firefox ne dispose pas de base du dictionnaire français (correcteur d'orthographe en langue US uniquement). Certains menus ne sont pas complétement francisés
      • Installation des drivers Nvidia avec la méthode "One Click Install" me télécharge pratiquement 600 Mo :o
      • Le centre de configuration Yast (trop d'outils)

      Bref, je n'ai pas accroché avec cette distribution

      lundi 1 mars 2010

      Mon experience Mandriva 2010


      Mandriva se décline en 3 éditions
      • La "Free" qui est gratuite et dépourvue de tout logiciel propriétaire (en version Gnome, Xfce, Kde 32 ou 64 bits)
      • La "One" qui est aussi gratuite et contient la plupart des pilotes et codecs propriétaires (en version Gnome, Xfce, Kde 32 bits seulement)
      • La PowerPack qui est la version payante et contient tous les pilotes, des logiciels commerciaux supplémentaires et des services.

      Après 2 ou 3 ans sur Ubuntu et nombreux testings avec OpenSuse, Pardus, Fedora, Chakra, Linux Mint, voici pourquoi j'en suis venu à me fixer sur cette Mandriva 2010.

      Les raisons invoquées sont ces petits plus que j'ai trouvé face à Ubuntu (ou plutôt Kubuntu).


      1) Je suis passé de Gnome (Simple User) à Kde (Power User) l'année dernière - Aucun regrets à ce jour...
      Mes critères de choix d'une distribution Linux sont les suivants :
      • Les performances ainsi que les moyens alloués pour  l'intégration de l'environnement graphique choisi (en clair Ubuntu bosse plus pour intégrer Gnome que pour intégrer Kde).
      • Le nombre de paquets disponibles sans passer par des dépôts tiers pouvant apporter des instabilités.
      • Des outils user-friendly pour la gestion, la configuration et l'usage.
      • Et bien sur également le support et le wiki que l'on peut obtenir sur le site de la distribution
      2) L'absence d'un gestionnaire de logiciel digne de ce nom dans Kubuntu (KpackageKit c'est le moyen-âge, synaptic pas très user-friendly).
      Mandriva dispose d'un outil graphique fonctionnel offrant même un historique des installation de paquets.


      3) Un boot rapide grace à speedboot sur mes 2 PC (15s du grub au login), graphiquement beau (merci Plymouth) sans passage par des bouts de code en console.

      L'intégration de Plymouth et de ces différents thèmes est un plus.

      Pour les curieux : la video complète depuis l'appui sur le bouton "power" jusqu'au bureau chargé et opérationnel (moins de 50s)
      http://www.youtube.com/watch?v=jWB9JGzufSc

      4) La présence d'une session invitée au login (désactivable si non souhaitée).

      5) Je préfère un compte root que le principe "sudo"

      6) Mandriva c'est Le centre de contrôle permettant de configurer le système à l'aide d'outils graphiques.
      Ce que j'aime (en autres)
      • Configuration du démarrage (grub). Possibilité d'inclure directement une autre distribution ou de chaîner sur une partition contenant son propre chargeur de démarrage
      • Les partages possibles (Windows, NFS, WebDav)
      • Gestion de la sécurité et du principe d'accès aux outils de configuration (faut-il le password root ou le password utilisateur ou pas de password ?) 
      • Configuration du réseau (partages, profils, suppression IPV6, etc)
      • Configuration du matériel et des pilotes propriétaires
      • Bien sur les dépôts et le gestionnaire de logiciels
      Exemple : Désactiver IPV6
       7) Mandriva 2010.0 est tout à fait fonctionnel sur 4 PC que j'ai chargé :
      • PC Fixe assemblé : 2x AMD Athlon(tm) 64 X2 Dual Core Processor 4400+ / 2Gb CORSAIR DDR2 PC2-6400 - 800 MHz - CAS 4 / DD 320Gb Sata II / Nvidia 9600GT.
      • Dell Latitude D830 : Intel Core 2 Duo T7250 (2 GHz/2 Mo/800 MHz) / Ram 2Gb 667 MHz / DD 160Gb / Nvidia Quadro NVS 140M.
      • Toshiba A100 : Technologie Mobile Intel® Centrino® Duo avec Processeur Intel® Core™ Duo T2250 (1.73 GHz) / 1 Go DDR2 - 100 Go (5 400 tpm) S-ATA / 15''4 WXGA TruBrite / nVidia 7300 320 Mo TC (64Mo dédiés) / DVD Super Multi (DC) / Lecteur 5 en 1 / i.Link® - Wi-Fi™ (802.11 a/b/g).  
      • Toshiba P300-27Z : Processeur Intel Core 2 Duo P7350 (2,0 GHz) / Ram 3Gb / DD 640 Go (2 x 320 Go) / Carte graphique ATI Mobility Radeon HD 4650 1024 Mo dédiés / Port HDMI / Modem 56K / Réseau Ethernet / Réseau sans fil WiFi N / Lecteur de cartes 5 en 1 / Firewire / Webcam 1,3 MégaPixels avec microphone intégré
       Tuto Installation Mandriva One 2010.0

      Mes idées soumises à Mandriva
      N°1 : Gestion du Wifi & préférences
      N°2 : Informer si opération particulière au démarrage